INTERNATIONAL PRODUCTS BUSINESS SOURCING

Vallourec va construire une nouvelle usine en Chine - Site

Pour tirer pleinement profit de la croissance du marché chinois de l’atome, le fabricant de tubes en acier sans soudure Vallourec va investir 55 millions d'euros pour construire en Chine une nouvelle usine. Le site fabriquera des tubes pour générateurs de vapeur, destinés aux centrales nucléaires.

Source : Usine Nouvelle - 29 Septembre 2010

Achats : les entreprises se tournent de plus en plus vers les pays à bas coûts - Site

Le temps n'est pas à la relocalisation des achats des entreprises : 44 % veulent augmenter la part des fournitures dans les pays low cost en 2011, contre 1 % qui cherche à la réduire, selon un sondage.

Pour acquérir leurs matières premières ou composants les plus divers, jusqu'à certains services, les entreprises françaises sont plus que jamais sensibles aux sirènes des pays à bas coûts. Selon un récent sondage réalisé auprès de 335 d'entre elles par Agile Buyer, un cabinet de conseil en matière d'achats, avec l'association des anciens élèves de HEC, 44 % déclarent avoir pour objectif, en 2011, une augmentation de leurs achats dans les pays low cost. « L'Etat propose pourtant des primes à la relocalisation. A priori, cela n'est pas entré dans la stratégie des entreprises », relève cette étude dévoilée par « Les Echos ».

Malgré des coûts de transport grandissants, car indexés sur le pétrole, et l'élévation relativement rapide des salaires ouvriers en Chine, seuls 7 % des groupes interrogés veulent stabiliser la part de leurs achats dans les pays bon marché, et 1 % souhaite la voir baisser cette année. Le solde (47 %) considère que cette question « n'est pas un axe de travail ».

Explication directe de cette délocalisation des approvisionnements : 77 % des services achats indiquent que la réduction des coûts de leurs fournisseurs représente « leur priorité numéro un pour 2011 ». La surveillance de ce poste est particulièrement critique dans les groupes, où les achats peuvent représenter de 40 à 75 % du chiffre d'affaires. « Et réduire les coûts dans ce domaine est beaucoup moins douloureux pour une entreprise que de réduire ses coûts internes », selon Olivier Wajnsztok, directeur associé chez Agile Buyer.

Un souci qui dépasse d'ailleurs le sort personnel des acheteurs, puisque 42 % d'entre eux ne recevront pas de primes particulières sur les gains en question. L'heure est donc plus que jamais au « global sourcing » dans les grands groupes. Et à cet égard, certains secteurs sont plus obnubilés que d'autres par cette traque incessante aux coûts : les banques et assurances, le pôle automobile, aéronautique et matériel de transport, ainsi que l'industrie pharmaceutique sont les premiers à chercher des gains sur l'ensemble de leurs achats. A l'inverse, dans l'énergie, l'eau et la gestion des déchets, les acheteurs semblent plus mesurés, mettant plus en avant la question de la qualité des biens et services achetés.

Autre enseignement de l'étude, la notion de responsabilité sociale et environnementale, qui donne lieu à de grands discours et de belles brochures dans la plupart des groupes, a du mal à franchir les portes du service achats. « En 2011, seuls 39 % de ces services ont des objectifs en la matière, et seulement 10 % auront des primes liées à ces objectifs », note le cabinet spécialisé. Sur ce thème, la filière automobile et matériel de transport se sent beaucoup moins concernée que les télécoms ou la construction.

Réduire le panel de fournisseurs

Un des moyens logiques pour serrer les coûts des achats est de réduire le nombre de ses fournisseurs. Car en offrant plus de volumes à ces derniers, une entreprise peut à la fois négocier des réductions de prix et réduire au passage ses propres frais administratifs. A cet égard, les choses bougent : 46 % des firmes sondées entendent resserrer leur panel fournisseurs en 2011, contre 42 % l'an dernier. En évitant si possible une trop grande dépendance vis-à-vis de tel ou tel prestataire ou sous-traitant, toujours dangereuse en cas de défaillance.

Source : DENIS FAINSILBER, Les Echos 03/01/2011